Le corps enseignant

Ana Mauad est licenciée (1982) et docteur (1990) en Histoire du Brésil de l’Université Fédérale Fluminense. Elle a également poursuivi des recherches postdoctorales dans le domaine de l’Histoire de l’image, spécialement la photographie, au Musée Paulista de l’Université de São Paulo.

Elle est actuellement professeur au Département d’Histoire, coordinatrice du programme d’études supérieures en Histoire et chercheuse au Laboratoire d’histoire orale et d’image de l’université Fédérale Fluminense (depuis 1992) et du Conseil national de développement scientifique et technologique (depuis 1992).

Elle se consacre à l’enseignement de la Théorie et de la Méthodologie de l’Histoire. Outre plusieurs articles et chapitres de livres sur des thèmes relatifs à l’Histoire visuelle, l’Histoire culturelle et l’Histoire de la mémoire (spécialement la photographie), on retiendra les livres suivants:

  • 2002: Sob o signo da imagem: A produção da fotografia e o controle dos códigos de representação social, da classe dominante, na cidade do Rio de Janeiro. Niterói: LABHOI/UFF.
  • 2003: Tempo n 14: Imagem e cultura visual (org. com Paulo Knaus). Rio de Janeiro: 7Letras.
  • 2006: Memória. Imigração Espanhola em Niterói (org. com Angela Gomes). Niterói: Niterói Livros.
  • 2008: Poses e Flagrantes: ensaios sobre história e fotografias. Niterói: EDUFF.
  • 2009: História e documento – volumes 1 e 2 (com Paulo Cavalcante). Rio de Janeiro: Fundação Cecierj.
  • 2010: Teoria da História – Volume 1 (com Lucia Grinberg e Pedro Caldas). Rio de Janeiro: Fundação Cecierj.
  • 2011: Teoria da História – Volume 2 (com Lucia Grinberg e Pedro Caldas). Rio de Janeiro: Fundação Cecierj.
  • 2013: Dicionário histórico-biográfico da fotografia e dos Fotógrafos no Brasil (com Ana Serrano e Clarissa Castro). Niteroi: PPGH-LABHOI

António Sousa Ribeiro est professeur dans le Département de Langues, Littératures et Cultures (Études germaniques), de la Faculté des Lettres de l’Université de Coimbra et Chercheur au Centre d’Études Sociales dans la même université. Entre 1991 et 2008, il a été responsable de la Revista Crítica de Ciências Sociais. Il est coordinateur de la direction du Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra, coordinateur des programmes de doctorat en Cultures et Littératures Modernes, en Langage et Hétérodoxies et co-coordinateur du programme de doctorat Postcolonialismes et Citoyenneté globale.

Au long de sa carrière de professeur et de chercheur, il a exercé diverses fonctions dont celles de président du Conseil Scientifique de la Faculté des Lettres (2000-2002), de président du Conseil Scientifique du Centre d’Études Sociales (2003-2007) et de directeur du Département de Langues, Littératures et Cultures de la même Faculté (2009-2011).

Parmi ses actuels centres d’intérêt, on relèvera des études sur les littératures et les cultures de langue allemande (plus particulièrement Karl Kraus et la modernité viennoise), la littérature comparée, la théorie de la littérature, les études culturelles, les études postcoloniales et la sociologie de la culture. On citera par exemple:

  • 1996 (1988): Dois Séculos de História Alemã (Política, Sociedade, Cultura). Textos e Documentos dos Séculos XIX e XX, (org. com Idalina Aguiar de Melo e Ludwig Scheidl), Coimbra: Minerva;
  • 1996: Paulo Quintela, Obras Completas, (org. com vários autores). Lisboa: Fundação Calouste Gulbenkian;
  • 1999: Literatura Alemã II. Lisboa: Universidade Aberta;
  • 2002: Entre Ser e Estar: Raízes, Percursos e Discursos de identidade (cord. Com Maria Irene Ramalho). Porto: afrontamento;
  • 2003: Theodor W. Adorno, Sobre a Indústria da Cultura (org. e pref., com trad. de Manuel Resende et al). Coimbra: Angelus Novus;
  • 2007: Bertolt Brecht, Poemas, (org. e pref., versão portuguesa de Paulo Quintela). Porto: Edições Asa;
  • 2008: Translocal Modernisms. International Perspectives (Transatlantic Aesthetics and Culture), (org. com Maria Irene Ramalho; pref. de Françoise Meltzer). Bern: Peter Lang;
  • 2013: Representações da violência, (org.). Coimbra: Almedina.

 

Fernanda Bicalho est licenciée en Histoire de l’Université Catholique Pontificale de Rio de Janeiro (1981), titulaire d’un Master en anthropologie sociale du Musée National – Université Fédérale de Rio de Janeiro (1988), docteur en Histoire sociale de la Faculté de Philosophie, Lettres et Sciences Humaines de l’Université de São Paulo (1997). Elle a également poursuivi des recherches postdoctorales à l’Institut des Sciences Sociales de l’Université de Lisbonne (2007).

Elle est actuellement Professeur associée au Département d’Histoire de l’Université Fédérale Fluminense – où elle a été coordinatrice du programme d’études supérieures en Histoire, 2010-2013 –, et Professeur invitée à l’Université de Provence Aix Marseille (depuis 2009). Elle est boursière de Productivité du Conseil National de Développement Scientifique et Technologique (depuis 2001) et chercheuse à la Fédération des Associations des Favelas de l’État de Rio de Janeiro (2012-2014). Elle participe à plusieurs réseaux de recherche nationaux et internationaux, notamment deux projets internationaux (qu’elle intègre comme chercheuse associée), avec leur siège à l’ICS-UL et financés par la FCT (Portugal) et un troisième basé à la Casa Velásquez (Espagne), financé par l’Agence Nationale de France.

Parmi ses domaines d’activités, on citera l’Histoire politique du Brésil colonial, où elle a développé des travaux et donné des cours sur Rio de Janeiro au XVII-XIXe siècle, réseaux de pouvoir et administration de l’empire portugais, pouvoirs, institutions et élites locales en Amérique, organes politiques centraux de la monarchie portugaise, notamment le Conseil d’Outremer. Elle aussi de l’expérience dans le domaine de l’Histoire urbaine et de l’urbanisme.

Parmi ses publications, on citera:

  • 2000: 1680-1720. O império deste mundo (com Laura de Mello e Souza). São Paulo: Companhia das Letras;
  • 2001: O Antigo Regime: a dinâmica imperial portuguesa, séculos XVI-XVIII, (com João Luís Ribeiro Fragoso e Maria de Fátima Gouvêa). Rio de Janeiro: Civilização Brasileira;
  • 2003: A Cidade e o Império. O Rio de Janeiro no Século XVIII. Rio de Janeiro: Editora Civilização Brasileira.
  • 2005: Culturas Políticas. Ensaios de História Cultural, História Política e Ensino de História, (com Maria de Fátima Gouvêa e Rachel Soihet). Rio de Janeiro: FAPERJ: MAUAD;
  • 2007: Modos de Governar: ideias e práticas políticas no império português, séculos XVI a XIX, (com Vera Lucia Amaral Ferlini). São Paulo: Alameda;
  • 2009: O Governo dos Povos. Relações de Poder no Mundo Ibérico na Época Moderna, (com Laura de Mello e Souza, Júnia Ferreira Furtado, Ana Lúcia Lana Nemi, et al). São Paulo: Alameda;
  • 2012: “Gobernadores Y Virreyes en el Estado de Brasil: Dibujo de una Corte Virreynal?”, in Pedro Cardim e Joan-Lluís Palos (org.), El Mundo de los Virreyes en las Monarquías de España y Portugal, vol. 1, pp. 391-414. Madrid: Iberoamericana;
  • 2013: “Invasão Francesa”, in Luciano Figueiredo (org.), História do Brasil para Ocupados, vol. 1, pp. 41-45. Rio de Janeiro: Casa da Palavra.

 

Francisco Noa est licencié en Langues et Littératures modernes – Études Portugaises (1991), titulaire d’un Master en Littérature comparée avec le mémoire Itinerário poético de Rui Knopfli. A outra vertente da literatura moçambicana (1995) et d’un Doctorat en Littératures Africaines de Langue Portugaise avec la thèse Literatura colonial. Representação e Legitimação – Moçambique como invenção literária (2001) de l’Université Nouvelle de Lisbonne.

Il est Professeur de littérature mozambicaine à l’Université Eduardo Mondlane (Maputo). Il a été directeur, essayiste et chercheur du Centre d’Études Sociales Aquilo de Bragança (CESAB) et chercheur associé à l’Université de Coimbra. Depuis 2015 est recteur de l’Université Lúrio (UniLurio), à Nampula, au Mozambique.
Professeur invité et directeur de thèse dans des universités mozambicaines et étrangères, il a encore assumé plusieurs charges de gestion dans des institutions d’enseignement supérieur.

Ses recherches actuelles se penchent sur la colonialité, la nationalité et la transnationalité littéraire, la littérature comme connaissance et le dialogue interculturel dans l’Océan indien à partir de la littérature.

Parmi ses publications, on citera:

  • 1997: Literatura Moçambicana: Memória e Conflito. Maputo: Imprensa Universitária;
  • 1998: A Escrita Infinita. Maputo: Livraria Universitária;
  • 2002: Império, Mito e Miopia. Moçambique como Invenção Literária. Lisboa: Caminho;
  • 2008: A Letra, a Sombra e Água. Ensaios & Dispersões. Maputo: Texto Editores;
  • 2012: Perto do Fragmento, a Totalidade. Olhares sobre a literatura e o mundo. Maputo: Ndjira;
  • 2013: A escrita Infinita. Ensaios sobre literatura moçambicana. Maputo: Njira.

Graça dos Santos est licenciée en Études théâtrales (1986) de l’Université de Paris III Sorbonne Nouvelle où elle a été boursière de la Fondation Gulbenkian, service des Beaux-Arts. Elle a fait son Doctorat à l’Université Paris X-Nanterre (1992-1996).

Elle est actuellement Professeur associée à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense (EA 369 Études Romanes) où elle est directrice du Département des Études Lusophones. Elle est aussi chercheuse au Centre de Recherches Interdisciplinaires sur le monde lusophone (CRILUS) ; chercheuse associée au Centre d’Histoire Culturelle des Sociétés Contemporaines (Université Versailles Saint Quentin en Yvelines) où elle codirige (depuis 2001) avec Jean-Claude Yon le séminaire de recherche «Histoire du spectacle vivant XIXe et XXe siècles», à la Société d’Histoire du Théâtre, Bibliothèque Nationale de France, Paris ainsi qu’à l’Institut des Études de Littératures traditionnelles, Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l’Université Nouvelle de Lisbonne (IELT-FCSH/UNL).

Elle consacre son travail de recherche à la dictature salazariste et à la censure. Metteur en scène, actrice et professeur de théâtre, elle écrit sur les notions de corps physique/corps social, sur les représentations scéniques du corps et du peuple.

Cofondatrice de la compagnie Cá e Lá (Compagnie bilingue français/portugais), elle a développé un travail spécifique sur l’acteur bilingue et sur les liens entre le théâtre et l’enseignement des langues. Elle est directrice des «Parfums de Lisbonne», Festival d’urbanité entre Lisbonne et Paris.

Elle a publié plusieurs articles sur l’histoire du théâtre européen et sur le théâtre portugais ; elle a participé en tant qu’auteur au Dictionnaire encyclopédique du théâtre à travers le monde (Dir. Michel Corvin. Paris : Bordas, 2008), elle a publié Le spectacle dénaturé. Le théâtre portugais sous le règne de Salazar 1933-1968 (Paris : CNRS éditions, 2002. Traduction portugaise aux éditions Caminho), Prix révélation 2005 attribué par la revue Maxima.

 

Idelette Muzart Fonseca dos Santos est licenciée en Lettres Espagnol-Portugais – Université de Provence Aix Marseille I, est titulaire d’un Master en Lettres modernes – Université Sorbonne Nouvelle, Paris (1974) et d’un Doctorat en Lettres et Sciences Humaines – Université Sorbonne Nouvelle, Paris (1981). Elle a également mené à bien des recherches postdoctorales en Linguistique, Lettres et Arts à l’Université de Provence Aix Marseille I.

Elle est Professeur titulaire de portugais à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense, après des expériences de professeur invitée à l’Université Fédérale de Paraíba, à l’Université Fédérale de Bahia et à l’Université Fédérale Fluminense. Elle dirige le Centre de Recherches Interdisciplinaires sur le Monde Lusophone (CRILUS) (Équipe d’accueil 369, Études Romanes) de l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense. Elle a été membre du secrétariat de l’Association Nationale des Études Supérieures et de Recherches en Lettres et Linguistique et membre du comité de l’Association Brésilienne de Littérature comparée. Elle a coordonné le Point de culture brésilienne en France.

Elle a de l’expérience dans le domaine des Lettres, Langues et Cultures, plus particulièrement Culture brésilienne et Littérature comparée. Ses thèmes de prédilection sont : littérature et théâtre brésiliens, Ariano Suassuna, littérature régionale, oralités traditionnelles et non traditionnelles, ethno-textes et les Folhetos de Cordel (l’équivalent de la Littérature bleue).

Parmi ses publications, on citera:

  • 1989: A literatura na Paraíba: ontem & hoje. João Pessoa: Fundação Casa de José Américo;
  • 1993: Antologia literária da Paraíba, (et al). João Pessoa, PB: Editora GRAFSET;
  • 1994: Dicionário literário da Paraíba. João Pessoa: A União editora;
  • 1997: La littérature de cordel au Brésil: mémoire des voix, grenier d’histoires, (com Jean orecchioni). Paris: Montréal, Éd. l’Harmattan;
  • 1999: Em demanda da poética popular: Ariano Suassuna e o Movimento Armorial. Campinas: Editora da Unicamp;
  • 2006: Memória das vozes: cantoria, romanceiro & cordel. Salvador: Fundação Cultural do Estado da Bahia;
  • 2006: La terre au Brésil de l’abolition de l’esclavage à la mondialisation, (com Denis Rolland). Paris: l’Harmattan;
  • 2007: Les îles de Cap-Vert: langues, mémoires, histoire, (et al). Paris: l’Harmattan;
  • 2008: Le Brésil des gouvernements militaires et l’exil, 1964-1985: violence politique, exil et accueil des Brésiliens en France: témoignages et documents, (com Denis Rolland, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (Nanterre), institut d’études politiques (Strasbourg) e Institut d’études politiques (paris). Paris: l’Harmattan; [Naterre]; BDIC-Université de Paris X; [Strasbourg]: FARE-IEP-Université de Strasbourg [etc.];
  • 2008: L’éxil brésilien en France: histoire et imaginaire…, (com Denis Rolland). Paris: l’Harmattan;
  • 2010: Agostinho da Silva: penseur, écrivain, éducateur, (com Agostinho da Silva, José Esteves, Paulo Borges e Rui Lopo). Paris: l’Harmattan;
  • 2014: Cinema e literatura: narrativas e poéticas, (com Edilene Matos e Fernando Segolin). Salvador: EDUFBA.

Jorge Figueira licencié en Architecture par la Faculté d’Architecture de l’Université de Porto (1992) et Docteur en Architecture (spécialisation en Théorie et Histoire) de l’Université de Coimbra (2009). Il donne des cours au Département d’Architecture de la Faculté de Sciences et Technologies de l’Université de Coimbra et dans le cadre du Programme de Doctorat en Architecture de la FAUP. Il est le coordinateur éditorial du service des éditions du Département d’Architecture FCTUC.

De son travail critique, on retiendra ses fonctions de commissaire d’expositions, parmi lesquelles : Europa, arquitectura portuguesa em emissão, noyau du Portugal à la Triennale d’Architecture de Lisbonne (2007) (co-commissaire) et l’exposition Álvaro Siza. Modern Redux. Institut Tomie Ohtake, São Paulo, Brésil, 2008.

Dans le domaine des projets, il a collaboré au Centre d’Études de la FAUP, entre 1991 et 1996, il a réalisé le projet de réhabilitation de l’enceinte du Palais de Cristal, la restauration de la Concha Acústica et le restaurant du Palais de Cristal, à Porto. Il développe, depuis 1998, le projet du campus universitaire à Angra do Heroísmo aux Açores. Sur ce campus, il a réalisé, en tant que co-auteur, l’Édifice des Cours, la Bibliothèque (1999-2007). Il a aussi fait le projet de l’édifice des Services d’Action Sociale (2006-2009), l’édifice interdépartemental (en construction) et l’édifice de l’association des étudiants. Il a fait partie de la représentation portugaise à la Biennale de São Paulo (2009), avec un projet d’école pour la ville de Benguela en Angola. Il a fait partie de plusieurs jurys, parmi lesquels celui du Prix Secil, édition 2006-2007 et celui chargé d’évaluer les candidatures aux bourses de doctorat attribuées par la Fondation pour la Science et la Technologie (2009).

Parmi ses publications, on citera:

  • 2002: Escola do Porto: Um Mapa Crítico. Coimbra: eIdIarq, DAFCTUC;
  • 2003: SMS:SOS. A Nova Visualidade de Coimbra, (et al). Porto: Coimbra 2003/Edições ASA;
  • 2005: Des-continuidade – Arquitectura Contemporânea Norte de Portugal (coord. com Eduardo Souto de Moura, Michele Cannatà e Fátima Fernandes e Nuno Grande). Porto: Civilização Editora;
  • 2005: Agora que está tudo a mudar: arquitectura em Portugal. Casal de Cambra: caleidoscópio.
  • 2007: Europa, Arquitectura Portuguesa em Emissão, Catálogo de representação Oficial Portuguesa na 7ª Bienal de Arquitectura a Bienal de Arquitectura de S. Paulo (org. com Nuno Grande, coord. Mário Valente). Lisboa: Ministério da Cultura, Direcção-Geral das Artes;
  • 2007: A Noite em Arquitectura. Lisboa: Relógio d’Água;
  • 2008: Álvaro Siza. Modern Redux, (org., com autoria de Alexandre Alves Costa e Hans Ibelings). Berlim: Hatje Cantz;
  • 2009: A Periferia Perfeita: pós-Modernidade na arquitectura portuguesa, anos 60 – anos 80. Coimbra: DAFCTUC;
  • 2010: O Arquitecto Azul. Coimbra: Imprensa da Universidade;
  • 2011: Reescrever o Pós-Moderno. Porto: Dafne;
  • 2011: Macau 2011. Porto: Circo de Ideias;
  • 2014: A Periferia Perfeita. Pós-modernidade na arquitectura portuguesa. Anos 1960-1980. Casal de Cambra: Caleidoscópio.

José Pessôa est licencié en Architecture et Urbanisme de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (1982), titulaire d’une spécialisation en restauration et conservation de monuments de l’Université Fédérale de Bahia (1984) et d’un Doctorat en Planification territoriale de l’Institut Universitaire d’Architecture de Venise (1992). Il poursuivi des recherches postdoctorales sur les «Invariants urbanistiques dans les centres historiques portugais» à l’Université de Coimbra (2007).

Il est actuellement Professeur associé de l’École d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université Fédérale Fluminense. Il possède de l’expérience dans les domaines de la Restauration et de la Conservation du Patrimoine Historique bâti, de la planification urbaine et régionale (plus particulièrement la restauration et la revitalisation des centres historiques), travaillant habituellement sur les thèmes suivants : patrimoine culturel, projet de restauration, centres historiques, histoire de l’architecture et de l’urbanisme, morphologie urbaine et architecture moderne.

Il a été professeur invité des universités UNIROMA 3 (Italie, 2007), Université Nouvelle de Lisbonne (Portugal, 2007 et 2010), Université de l’Algarve (Portugal, 2007), Institut Supérieur Technique de Lisbonne (Portugal, 2007, 2010, 2013), Université Eduardo Mondlane (Mozambique, 2012), Université d’Evora (Portugal, 2013) et Université d’Aix Marseille (France, 2013).

Il est encore conseiller de la Fondation Oscar Niemeyer et membre du Conseil exécutif et Scientifique du portail interactif HPIP – Portuguese influenced heritage, qui intègre le projet Patrimoine d’origine portugaise dans le mondeArchitecture et Urbanisme de la Fondation Calouste Gulbenkian.

Parmi ses publications, on citera:

  • 1995: Estudos de Tombamento (org.). Rio de Janeiro: Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico nacional;
  • 1999: Lucio Costa: Documentos de trabalho (org.). Rio de Janeiro: Instituto do Patrimônio Histórico e Artístico nacional;
  • 2001: Milagres: os ex-votos de Angra dos Reis. Rio de Janeiro: Casa da Palavra;
  • 2005: Anais do 6º Seminário Docomomo Brasil – Moderno e Nacional, arquitetura e urbanismo (org. com Eduardo Vasconcellos, Elizabete Reis e Maria Lobo). Nisterói: Pósgraduação em arquitetura e urbanismo UFF;
  • 2006: Moderno e Nacional (org. com Eduardo vasconcellos, Elizabete Reis e Maria Lobo). Nisterói: EdUFF;
  • 2006: Monumentos Fluminenses – Luz e arquitetura. Rio de Janeiro: Casa da Palavra;
  • 2007: Atlas de Centros Históricos do Brasil (org. com Giorgio Piccinato). Rio de Janeiro: casa da Palavra;
  • 2012: Bloquinhos de Portugal: a arquitetura portuguesa no traço de Lucio Costa (com Maria Elisa Costa). Rio de Janeiro: Funarte;
  • 2014: Igrejas, chafarizes e um jardim público na construção de uma paisagem barroca no Rio de Janeiro do século XVIII, vol. 12, pp. 59-74. Bahia: Cadernos PPG-AU/FAUFBA.

Júlio Carrilho est licencié en architecture de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Lisbonne (1973) et Docteur en Architecture et Environnement de l’Université de Rome La Sapienza (2006).

Il est Professeur et responsable à la Faculté d’Architecture et de Planification physique de l’Université Eduardo Mondlane (depuis 1993) ainsi que Professeur-chercheur au Centre d’Études et de développement de l’habitat (CEDH). Auteur de projets et consultant en architecture, il s’est consacré à l’étude et à la compréhension des processus de transformation territoriale d’origine organique dans les espaces urbains dits informels. Dans ce contexte, il a participé à des études sur la nature de ceux-ci dans les villes de Maputo, Lichinga et Pemba ainsi qu’à des travaux sur le terrain ayant pour objectif de proposer des actions en vue de leur régularisation à Maputo, Chimoio, Vilankulo, Monapo et Nacala. En plus de cette ligne de recherche, il a participé à des études d’architecture populaire au Mozambique, notamment l’architecture d’origine swahilie du littoral Nord du pays ainsi qu’à des relevés et à la caractérisation des environnements construits et des édifices à valeur patrimoniale dans l’île d’Ibo, à Maputo et à Beira.

Il a donné diverses conférences et séminaires, il est auteur et co-auteur de nombreuses publications dans ces domaines. On lui doit également une intéressante œuvre poétique.

Parmi ses publications, on citera:

  • 2002: Riário. Maputo: Faculdade de Arquitectura e Planeamento Físico da UEM.
  • 2004: Role Play – Workshop Maputo (com David Higdon, Juliet Higdon e Paolo Scattoni). Maputo: Edições FAPF
  • 2004: Traditional Informal Settlements: from Lichinga to Maputo (coauthor, sendo de 2001 a 1ª edição em Português, com o título Um Olhar para o Habitat Informal Moçambicano: de Lichinga a Maputo). Maputo: Faculdade de Arquitectura e Planeamento Físico).
  • 2005: Ibo. A casa e o tempo. Maputo: Edições FAPF.
  • 2005: Pemba. As duas cidades (com Luís Lage e Sandro Bruschi). Maputo: Edições FAPF.
  • 2005: Era uma vez uma palhota… História da Casa Moçambicana (com Luís Lage e Sandro Bruschi 2005). Maputo: Edições FAPF.

En ce qui concerne son expérience de direction, on retiendra:

Ministre des Travaux Publics et de l’Habitation dans le gouvernement mozambicain de transition et dans le premier gouvernement de la République du Mozambique (1974-1975 et 1975-1987) ; Président du conseil d’administration du Fond de Développement Artistique et Culturel (1989-1994) ; membre de la commission nationale du Mozambique de l’UNESCO (1990) ; Directeur exécutif du Centre d’études et de développement de l’habitat, de la FAPF de l’UEM ; membre du conseil d’administration de la Fondation pour le développement de la communauté (FDC) du Mozambique et membre de la commission d’installation de l’académie des sciences du Mozambique (1994-2008) et Vice-directeur dans le domaine recherche et expansion de la FAPF de l’UEM (2005-2006).

Luís Lage est licencié en architecture et planification physique de la Faculté d’Architecture et de Planification Physique de l’Université Eduardo Mondlane (1995) et Docteur en «Relevé, Analyse et Représentation de l’Architecture et de l’environnement» de l’Université de Rome La Sapienza (2006).

Il occupe actuellement la fonction de Directeur de la Faculté d’Architecture et de Planification physique de l’Université Eduardo Mondlane (depuis 2009) où il est Professeur auxiliaire dans la ligne thématique de la Représentation graphique.

Dans le Centre d’Étude du Développement de l’Habitat de la Faculté d’Architecture et de planification physique – et parfois avec l’architecte José Forjaz –, il travaille à une série de projets depuis 2004.

Membre de diverses commissions scientifiques, auteur de conférences, communications, participant à des congrès, ses principaux domaines de recherche portent sur les processus de réinstallation humaine et sur l’analyse des typologies architectoniques.

Il développe des travaux de recherche et est auteur ou co-auteur de plusieurs publications (abordant surtout les contextes de l’architecture et de l’urbanisme au Mozambique), parmi lesquelles on retiendra : Um olhar para o habitat informal moçambicano : de Lichinga a Maputo (avec Carlos Meneses, Júlio Carrilho et Sandro Bruschi, 2001) ; Pemba : as duas cidades (avec Júlio Carrilho et Sandro Bruschi, 2005) ; Era uma vez uma palhota… História da casa moçambicana (avec Júlio Carrilho et Sandro Bruschi, 2005); O desenho das cidades. Moçambique até o século XXI (avec Sandro Bruschi, 2005); Do Ibo e da Ilha ao Maputo, arquitecturas urbanas em Moçambique (avec Júlio Carrilho, 2012); Maputo: património arquitectónico (avec Ana Malheiros et João Morais, 2012).

Luís Oliveira est licencié en Histoire de la Faculté des Lettres de Lisbonne (1985), a passé les examens d’aptitude pédagogique et de capacité scientifique à l’Université de l’Algarve (1997), institution où il a obtenu son Doctorat en Histoire médiévale (2007).

Il est professeur au département d’Arts et d’Humanités de l’Université de l’Algarve (de laquelle il est également Vice-recteur et membre effectif du Conseil scientifique) ainsi que dans le programme de doctorat Patrimoines d’influence portugaise de l’Institut de recherche interdisciplinaire – Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra.

Dans le cadre de ses études – dont le principal centre d’intérêt est l’Histoire médiévale – il a présenté diverses communications et publications, parmi lesquelles on citera:

  • 2004: Uma barregã régia, um mercador de Lisboa e as donas de Santos, Comunicação ao Colóquio “Nova Lisboa Medieval. Os Rostos da Cidade”, organizado pelo Instituto de Estudos Medievais da Universidade Nova de Lisboa, 8, 9 e 10 Dezembro (no prelo);
  • 2005: “Las Ordenes Militares en Portugal” (com Isabel Cristina Fernandes), in Martínez, Carlos Ayala; Novoa, Feliciano (coords.), Las Ordenes Militares en la Europa Medieval, pp. 137-165. Madrid: Ed. Lunwerg;
  • 2005: “As Ordens Militares. Nota Histórica”, “Ordem de Avis”, “Ordem de Cristo”, “Ordem do Hospital”, “Ordem de Santiago”, “Ordem do Templo”, “Convento de Avis”, “Convento de Cristo”, “Convento da Flor da Rosa (Crato)”, “Convento de Palmela”, “Convento de S. João da Penitência de Estremoz”, “Convento de Tomar”, “Mosteiro de Santos”, in Bernardo Vasconcelos e Sousa et al., Ordens Religiosas em Portugal. Das Origens a Trento. Guia Histórico, pp. 455-502. Lisboa;
  • 2006: “O Infante D. João e a Reforma da Ordem de Santiago”, Comunicação ao V Encontro sobre Ordens Militares. As Ordens Militares e as Ordens de Cavalaria entre o Ocidente e o Oriente. Palmela (no prelo);
  • 2006: “Os caminhos da terra e do mar no Algarve medieval”, As Vias do Algarve, pp. 32-38. S. Brás de Alportel;
  • 2006: “Christ Order”, “Dinis, King of Portugal”, “Afonso V, the African”, “Prince Henry, the Navigator”, in Alan Murray (org.), The Crusades. An Encyclopedia, 4 vols. Santa Barbara, Abc Clio;
  • 2006: Santa Bárbara de Nexe. A História, a Igreja e a Memória das gentes de Nexe, (coord. com João Pedro Bernardes). Santa Bárbara de Nexe;
  • 2006: A Vinha e o Vinho no Algarve. O renascer de uma velha tradição, (coord. com João Pedro Bernardes). Faro: CCDRAlg / Editora Afrontamento.
  • 2009 (2007): A Coroa, os Mestres e os Comendadores: As ordens militares de Avis e de Santiago (1330-1449). Faro: Universidade do Algarve;
  • 2009: “Gil Martins do outeiro”, “Gomes Lourença de Beja”, “Lisboa”, “Silves”, “pedro de Barcelos”, in Bériou, Nicole; Josserand, Phillippe (dir.), Dictionnaire des Ordres Militaires au Moyen Age. Paris: FAYARD.

Luisa Trindade est docteur en Histoire de l’Art de l’Université de Coimbra (2010) où elle enseigne depuis 1996 dans les Départements d’Histoire, Études européennes, Archéologie et Arts. Elle est coordinatrice du 1er cycle d’étude en Histoire de l’Art, elle est responsable de l’enseignement de divers cours du 1er cycle d’étude (parmi lesquels «Ville portugaise» et «Histoire de l’urbanisme») ainsi que du Master en Art et Patrimoine de la même Faculté. Elle est depuis 2008 chercheuse au Centre d’Études Sociales et, depuis 2010, professeur dans le programme de doctorat Patrimoines d’influence portugaise (III-CES).

Elle a participé à plusieurs projets européens portant sur l’enseignement et la recherche en Histoire (TEEP 2002, Tuning, CliohNet, CliohRes, CliohWorld entre 2002 et 2013). Elle est actuellement responsable de la participation de l’Université de Coimbra au projet Castelos e Muralhas medievais do Mondego (Qren – Mais Centro).

Outre de nombreuses conférences données au Portugal, en Espagne, en Italie, en Angleterre et au Brésil, on relèvera dans le domaine des publications consacrées à l’Histoire de l’Urbanisme :

Livres:

  • 2002: A Casa urbana em Coimbra. Dos finais da Idade Média aos inícios da Época Moderna. Coimbra: Câmara Municipal de Coimbra;
  • 2013: Urbanismo na composição de Portugal. Coimbra: Imprensa da Universidade de Coimbra.

Articles ou chapitres de livres:

  • 2004-2005: “A Praça e a Rua da Calçada segundo o Tombo Antigo da Câmara de Coimbra (1532)” Media Aetas, Paisagens Medievais I, vol. I da 2ª Série. Ponta Delgada: Universidade dos Açores, pp. 121-157;
  • 2005: “Questões e antecedentes da cidade portuguesa: o conhecimento sobre o urbanismo medieval e a sua expressão morfológica”, Murphy. Revista de História e Teoria da Arquitectura e do Urbanismo. Coimbra: Departamento de Arquitectura da Faculdade de Ciências e Tecnologia da Universidade de Coimbra, pp. 70-109 (com Walter Rossa);
  • 2006: “Jewish space in portuguese late medieval cities”, Religion, ritual and mythology. Aspects of identity formation in Europe. Pisa: Edizione Plus, , pp. 61-81;
  • 2007: “From Islam to Christianity: urban changes in medieval portuguese cities, Religion and Power in Europe: Conflict and convergence. Pisa: Edizione Plus, , pp. 29-51;
  • 2012: “Casas da Câmara ou Paços do Concelho: espaços e poder na cidade tardo-medieval portuguesa””, Maria do Carmo Ribeiro e Arnaldo Sousa Melo (coord.), Evolução da Paisagem Urbana – Sociedade e Economia. Braga: CITCEM, pp. 209-227;
  • 2012: “Sei città nuove in linea: costruire una frontiera nel XIII secolo”, Aldo Casamento (ed.), Fondazioni urbane. Città nuove europee dal medioevo al Novecento, Forma Urbis, I. Roma: Edizioni Kappa;
  • 2013: “A Malha. Fazer cidade no Portugal medieval: agentes, programa e execução”, Carlos Dias Coelho (org.), Os Elementos Urbanos, vol. I. Lisboa: Argumentum, p. 31-53;
  • 2013: “The urbanistic system of Rua dos Francos [Coimbra]: evidences and hypotheses, evolution and permanence”. I Catasti e la storia dei luoghi. Cagliari, Marco Cadinu (ed.), Storia dell’Urbanistica 4/2012. Roma: Edizione Kappa, p. 247-260.
  • 2014: “A água nas cidades portuguesas entre os séculos XIV e XVI: a mudança de paradigma” in Lozano Bartolozzi, Mª M. y Méndez Hernán, V., (coord. y ed.), Patrimonio cultural vinculado con el agua. Paisaje, urbanismo, arte, ingeniería y turismo (pp. 363-376). Mérida, Editora Regional de Extremadura;
  • 2015: “Os banhos públicos em Portugal na Idade Média”. digitAR – Revista Digital de Arqueologia, Arquitectura e Artes | Digital Journal of Archaeology, Architecture and Arts, 2º v. O corpo através da imagem, Coimbra: CEAACP, p. 206-221.

Margarida Calafate Ribeiro a obtenu sa Licence à l’Université d’Aveiro, son Master à l’Université Nouvelle de Lisbonne et son Doctorat en Études Portugaises au King’s College, Université de Londres. Elle est actuellement chercheuse-coordinatrice au Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra et membre du Groupe Humanités, migrations et Études pour la Paix (NHUMEP). Elle est professeur dans le cadre du programme de Doctorat du CES/III, Patrimoines d’influence portugaise, dont elle coordinatrice avec Walter Rossa. Avec Roberto Vecchi, elle est responsable de la Chaire Eduardo Lourenço, Institut Camões/Université de Bologne.

Margarida Calafate Ribeiro a remporté en 2015 une bourse Consolidator Grant du Conselho Europeu de Investigação (ERC), d’une valeur de près de deux millions d’euros avec le projet de recherches «MEMOIRS – Les enfants des Empires et les Post-mémoires européennes», un projet qui cherchera à offrir une vision radicale, alternative et novatrice de l’histoire européenne contemporaine, en se basant sur les héritages coloniaux qui caractérisent les sociétés européennes.

Parmi ses publications, on retiendra les livres en tant qu’auteur:

  • 2004: Uma história de regressos: império, Guerra Colonial e pós-colonialismo. Porto: Edições Afrontamento;
  • 2007: África no feminino: as mulheres portuguesas e a Guerra Colonial. Porto: Edições Afrontamento.

Elle a en outre organisé les livres suivants:

  • 2003: Fantasmas e fantasias imperiais no imaginário português contemporâneo. Porto: Campo das Letras. (Com Ana Paula Ferreira);
  • 2004: ‘A Primavera toda para ti’ – Homenagem a Hélder Macedo. Lisboa: Presença. (Com Teresa Cristina Cerdeira, Juliet Perkins e Phillip Rothwell);
  • 2008: Moçambique: das palavras escritas. Porto: Edições Afrontamento. (Com Maria Paula Meneses);
  • 2008: Lendo Angola. Porto: Edições Afrontamento. (Com Laura Cavalcante Padilha);
  • 2008: Atlântico periférico: il postcolonialismo portoghese e il sistema mondiale. Reggia Emilia: Diabasis. (Com Vincenzo Russo);
  • 2011: Literaturas insulares: leituras e escritas de Cabo Verde e de S. Tome e Príncipe. Porto: Edições Afrontamento. (Com Silvio Renato Jorge);
  • 2011: Literaturas da Guiné-Bissau: cantando os escritos da história. Porto: Edições Afrontamento. (Com Odete Semedo);
  • 2011: Antologia da memória poética da Guerra Colonial. Porto: Edições Afrontamento. (Com Roberto Vecchi);
  • 2014: Eduardo Lourenço: Do colonialismo como nosso impensado. Lisboa: Gradiva. (Com Roberto Vecchi).

Miguel Bandeira Jerónimo est licencié en Sociologie de la Faculté des Sciences Sociales et Humaines de l’Université de Lisbonne (1997), est titulaire d’un Master en Sociologie et Économie historiques de la même Faculté (2000) et docteur en Histoire (spécialité : Histoire Impériale et Coloniale) du King’s College, Université de Londres (2008) avec la thèse intitulée Religion, Empire and the Diplomacy of Colonialism : Portugal, Europe and the Congo Question, c. 1820-1890.

Entre 1999 et 2003, il a été assistant invité au Département de sociologie de la Faculté des Sciences Sociales et Humaines où il était responsable de plusieurs cours. Après un an de recherches postdoctorales à l’Institut Universitaire Européen (Florence, Italie), il est entré à l’Institut des Sciences Sociales de l’Université de Lisbonne (ICS) en tant que chercheur postdoctoral (2009), avec un projet intitulé Le Portugal et la fin des Empires coloniaux européens : l’État Nouveau et la diplomatie du colonialisme (1945-1975). Il a encore été coresponsable et chercheur principal deux projets financés par la FCT (2010-2012) : ‘Portugal is not a small country’ : the End of Portuguese Colonial Empire in a Comparative Perspective, c. 1945-1975 (chercheur responsable : António Costa Pinto) et Constructing and Empire-State : Portuguese Imperialism in a Comparative Perspective, c. 1450-1975 (chercheur responsable : Diogo Ramada Curto), également financé par la FCT (2013-2015).

Il est professeur dans les programmes de doctorat Patrimoines d’influence portugaise (CES/III) et du Programme Interuniversitaire de Doctorat en Histoire : changement et continuité dans le monde global (ICS).

Parmi ses publications, on retiendra: Livros Brancos Almas Negras. A ‘missão civilizadora’ do colonialismo português (2010); A Diplomacia do Imperialismo. Política e Religião na partilha de África (1820-1890) (2012); O Império Colonial em Questão (2012); International Dimensions of Portuguese late colonialism and decolonization (2013); Forum: History and Society. The work of Michael Mann (2013); Portugal e o fim do Colonialismo. Dimensões internacionais (2014); Internacionalismo e Império: o problema do trabalho nativo no colonialismo português (2015), en collaboration avec José Pedro Monteiro.

Mirian Tavares est licenciée en Communication sociale de l’Université Fédérale de Espirito Santo (1990), titulaire d’un Master en Communication et Sémiotique de l’Université Catholique Pontificale de São Paulo (1993) et d’un Doctorat en Communication et Culture Contemporaines de l’Université Fédérale de Bahia (2000), avec attribution d’équivalence par l’Université Nouvelle de Lisbonne.

Elle est actuellement Professeur Associée au Département des Arts et des Humanités de l’Université de l’Algarve, institution où elle est aussi chercheuse-coordinatrice.

Elle est membre de plusieurs associations professionnelles/scientifiques (par exemple la SOCINE – Société Brésilienne et des Études de Cinéma et Audiovisuelles ; la SOPCOM – Société Portugaise des Sciences de la Communication ; le NUCA – Noyau de Communication et Arts (dont elle est aussi chercheuse) ; le GIIACT – Groupe International de Recherche et d’Analyse Cinématographique et Télévisé ; le CIAC – Centre de Recherche en Arts et Communication et l’AIM – Association des Chercheurs sur l’image en mouvement). Elle est directrice ou co-directrice de thèses de doctorat et de mémoires de Master, elle supervise aussi des recherches postdoctorales.

Spécialiste en cinéma africain de langue portugaise, elle a participé à divers projets de recherche (comme coordinatrice ou membre d’équipes), elle a présenté diverses communications, a publié des articles et chapitres de livres et a édité plusieurs livres:

  • 2007: É perigoso debruçar-se para dentro: ensaios sobre cinema e literatura. (ed. Com Ana Soares). Braga: Pena Perfeita;
  • 2011: A Cultura em Conferência. (coord. com João Bernardes e Luís Oliveira). Faro: Universidade do Algarve / DRCAlg;
  • 2013: Quintas de Cultura: A Criação cultural no Algarve. (coord. com João Bernardes, Luís Oliveira, Dália Paulo e Rui Parreira). Faro: Universidade do Algarve / DRCAlg.

Paulo Peixoto est licencié, maître et docteur en Sociologie de l’Université de Coimbra. Il est chercheur au Centre d’Études Sociales où il intègre et coordonne le «Groupe Villes, Culture et Architecture» et l’«Observatoire des Politiques d’Éducation et de Formation». Il est Professeur de Sociologie à la Faculté d’Économie de l’Université de Coimbra où il enseigne dans les licences en Sociologie et en Économie et dans le Programme de Master et de Doctorat «Villes et Cultures urbaines» ainsi que dans le Doctorat en Sociologie et dans le Programme de Doctorat Patrimoines d’influence portugaise (III/CES).

Il fait partie du Réseau Brésil-Portugal d’Études Urbaines, il exécute des projets de recherche sur le patrimoine, le tourisme et l’enseignement supérieur et développe des activités d’extension en coordonnant l’évaluation de projets d’interventions sociales et de politiques publiques. Il est directeur d’Ensino Superior – la revue du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur (SNESup), directeur adjoint de la Faculté d’Économie de Coimbra et membre des directions de l’Association pour l’extension universitaire et du Syndicat National de l’Enseignement Supérieur.

Il a exercé diverses fonctions de gestion au Centre d’Études Sociales, à la Faculté d’économie de Coimbra et de le SNESup.

Ses recherches actuelles sont centrées sur les domaines suivants : villes et cultures urbaines, patrimoine, tourisme, exclusion et violence urbaines, l’enseignement supérieur et les politiques d’éducation et de sciences.

Outre un certain nombre d’articles, chapitres de livres et autres travaux publiés dans les actes de congrès relatifs à ses thèmes de recherche, on relèvera trois ouvrages tous en collaboration avec d’autres auteurs:

  • 2009: Ideias para grandes decisões (com Elísio Estanque, Helena Roseta, Jorge Bateira, Jorge Martins, Nuno David, Pedro Bingre e Teresa Portugal). Lisboa: Campo da Comunicação.
  • 2012: Centros históricos e alegorias da cidade. Coimbra: Almedina.
  • 2012: A cidade e o turismo: dinâmicas do turismo urbano em Coimbra (com Carlos Fortuna, Catarina Gomes, Claudino Abreu e Paula Abreu). Coimbra: Almedina.
  • 2014: O Papel dos Conselhos Gerais no Governo das Universidades Públicas Portuguesas: A Lei e a Prática (com António Oliveira e Sílvia Silva). Coimbra: Imprensa da Universidade de Coimbra.

Renata Malcher de Araujo est licenciée en Architecture et Urbanisme du Centre des Études Supérieure du Pará (1986), avec équivalence de la Faculté d’Architecture de l’Université de Technique de Lisbonne (1988) ; elle est titulaire d’un Master en Histoire de l’Art de l’Université Nouvelle de Lisbonne avec un mémoire intitulé «As cidades da Amazonia no século XVIII : Belém, Macapá e Mazagão» et d’un Doctorat en Histoire de l’Art – spécialité Histoire de l’Art moderne – de la même Université avec la thèse «A urbanização do Matto Grosso no século XVIII : Discurso e método» (2001).

Elle est professeur dans le Département d’Histoire, Archéologie et Patrimoine de la Faculté des Sciences humaines et sociales de l’Université de l’Algarve. Elle a poursuivi ses recherches spécialement dans le domaine de l’histoire de l’urbanisme colonial, avec un nombre élevé de publications, de communications et de participations à des activités professionnelles et des projets scientifiques.

Parmi ses publications, on retiendra:

  • 1989: “A Engenharia Militar e o Urbanismo”, in História das Fortificações Portuguesas no Mundo. Lisboa: Publicações Alfa;
  • 1990: Lisboa a Cidade e o Espectáculo na Época dos Descobrimentos. Lisboa: Livros Horizonte;
  • 1998: As Cidades da Amazónia no século XVIII: Belém, Macapá e Mazagão. Porto: FAUP Edições;
  • 2000: Bibliografia Ibero-Americana da História do Urbanismo e da Urbanística 1415-1822, (co-coord. científica). Lisboa: CNCDP;
  • 2001: “O Mato Grosso: A Fronteira a Ocidente”, in Actas do Colóquio Internacional Universo Urbanístico Português 1415-1822. Lisboa: CNCDP;
  • 2001: Actas do Colóquio internacional Universo urbanístico Português 1415-1822, (com Hélder Carita e Walter Rossa). Lisboa: Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses;
  • 2010: Património de Origem Portuguesa no Mundo: arquitetura e urbanismo: América do Sul, (et al). Lisboa: Fundação Calouste Gulbenkian (também em inglês).

Roberto Vecchi est licencié en Littérature et Philosophie de la Faculté des Lettres et de Philosophie de l’Université de Bologne, il est titulaire d’un Master en Langues et Littératures étrangères modernes de la même faculté (1989) et d’un Doctorat en Études ibériques de l’Université de Bologne (1993).

Il est actuellement Professeur de Littérature Portugaise et Brésilienne à la Faculté de Langues et Littératures Étrangères de l’Université de Bologne, également Professeur dans le Programme de Doctorat en Études ibériques du Département de Langues et Littératures Étrangères Modernes (Un. Bologne) ainsi que d’Universités comme Milan et Bergame.

Il est chercheur associé du Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra et chercheur invité du Conselho Nacional de Desenvolvimento Científico e Tecnológico (CNPq), Brésil. Il est le directeur de la Chaire Eduardo Lourenço à l’Université de Bologne/Institut Camões (depuis 2007), dont la titulaire actuelle est Margarida Calafate Ribeiro. Ses recherches englobent les contextes portugais et brésiliens, s’attachant plus particulièrement au versant critique des relations entre histoire, littérature, trauma, mémoire et violence.

Parmi ses publications les plus récentes, on retiendra : Antologia da Memória Poética da Guerra Colonial (avec Margarida Calafate Ribeiro; Afrontamento, 2011); Topografia delle culture (avec Rita Monticelli; Bologna, I Libri di Emil, 2011); Excepção Atlântica. Pensar a Literatura da Guerra Colonial (Afrontamento, 2010); Eça de Queirós, La corrispondenza di Fradique Mendes. Memorie e note (avec Vincenzo Russo; Diabasis, 2009); Atlantico Periferico. Il Postcolonialismo portoghese e il sistema mondiale (avec Margarida Calafate Ribeiro et Vincenzo Russo; Diabasis, 2008).

Rochelle Pinto est licenciée en Communication Sociale et Média (Bombay, 1993), titulaire d’un Master en anglais (Delhi, 1998) et d’un Doctorat en Littérature (Études Orientales et Africaines), avec une thèse intitulée The formation of a divided public : print, language and literature in colonial Goa (Londres, 2003).

Elle est professeur et chercheuse au Centre d’Études de la Culture et de la Société, à Bangalore. Ses principaux thèmes de recherche sont le Colonialisme portugais et l’Histoire de Goa.

Elle a passé le mois de septembre 2008 au Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra (programme «Un mois au CES») avec une recherche portant sur les traités relatifs à la loi naturelle et à la propriété dans le contexte du colonialisme portugais et les conceptions pré-utilitaristes de la terre, propriété et utilisation, qui peut être à l’origine de la législation sur les questions de recette et de propriété à Goa au XVIe siècle.

Parmi ses publications, on retiendra:

  • 2005: “A Time to Publish – From and Politics in Pamphlets of colonial Goa”, Economic and Political Weekly, Vol. 40, N.º 09, Fev 26-March 4, pp. 877-884.
  • 2007: Between Empires – print and Politics in Goa. Delhi: Oxford University Press.
  • 2007: “Race and Imperial Loss – accounts of East Africa in Goa”, South African Historical Journal, 57, pp. 82-92: Johannesburg.
  • 2009: “Traveling Science – Anthropometry and Colonialism in the Indian Ocean”, Shanti Moorthy and Ashraf Jamal (eds.), Indian Ocean Studies: Cultural, Socia, and Political Perspectives, Routedge Indian Ocean Series, pp. 319-339. New York: Routedge.
  • 2010: “A Diffused History of Race – the Portuguese presence in the Indian Ocean”, in Pamila Gupta, Isabel Hofmeyr and Michael Pearson (eds.), Indian Ocean: Eyes Across the Water. Pretoria: UNISA Press.
  • 2010: “Temporality and Colonialism between Goa and Latin America”, Manuela Boatcă and Willfried Spohn (eds.), Globale, multiple und postkoloniale Modernen, pp- 263-284. München: Rainder Hampp Verlag.
  • 2010: “Forgetting Pio Gama Pinto”, Portuguese Literary and Cultural Studies, 17/18, Parts of Asia. Goa, Macao, East Timor, pp. 135-146. University of Massachusetts Dartmouth: Center for Portuguese Studies and Culture.

Sandra Xavier est anthropologue et professeur au Département des Sciences de la Vie de l’Université de Coimbra ainsi que dans le Programme de Doctorat Patrimoines d’Influence Portugaise (CES/III).

Son travail de recherche se situe au croisement des Études Sociales de Sciences et Technologies et des Études de l’image ; elle a travaillé sur les articulations entre arts, sciences et architecture dans la construction du paysage. Elle a étudié la production d’images de paysage dans le Parc Archéologique du Vale do Côa, dans l’architecture paysagiste portugaise, dans des expositions de photographies artistiques contemporaines et dans des expéditions scientifiques dans les colonies portugaises d’Afrique. Elle a participé au projet de recherche “Hospital-Colónia Rovisco Pais: Antropologia e História em Contexto” et elle participe au programme de coopération scientifique international intitulé “Memória e Sociedade: o património hospitalar no Brasil e em Portugal”.

Dans le contexte du Centre en Réseau de recherche en Anthropologie, elle est l’auteur des textes suivants:

  • 2011: “Para lá da oposição entre arquitectura erudita e arquitectura sem arquitectos”, in Sandra Xavier, Paulo Providência e Luís Quintais (Orgs.), Intersecções: Antropologia e Arquitectura, 2, pp. 139-144. Coimbra: Revista de Cultura Arquitectónica (Edarq);
  • 2011: Em Diferentes Escalas: as políticas da saúde na configuração arquitectónica de uma leprosaria portuguesa, Anais eletrônicos do XI Congresso luso-Afro-Brasileiro de Ciências Sociais;
  • 2012: “Hospital-Colónia Rovisco Pais: um projecto de uma cidade ideal?”, Babilónia: Revista Lusófona de Línguas, Culturas e Tradução, 12, pp. 37-52. Porto: Edições Universitárias Lusófonas;
  • 2013: “Em diferentes escalas: a arquitetura do Hospital-Colónia Rovisco Pais sob o olhar do médico Fernando Bissaya Barreto (1886-1974)”, História, Ciências, Saúde – Manguinhos, 20 (3), pp. 983-1006. Rio de Janeiro: Fundação Oswaldo Cruz;
  • 2013: “Imagem, ruína, fragmento”, in Sandra Xavier, Paulo Providência (orgs.), Leprosaria Nacional: Modernidade e Ruína no Hospital-Colónia Rovisco Pais, pp. 125-147. Porto: Dafne Editora.

Sílvio Renato Jorge est licencié en Lettres de l’Université d’État de Rio de Janeiro (1991), titulaire d’un Master (1993) et d’un Doctorat en Lettres de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (1999). Il a effectué des recherches postdoctorales dans le Programme supérieur d’Études Comparées en Littérature Portugaise de l’Université de São Paulo (2004) et au Centre d’Études Sociales de l’Université de Coimbra (2009), avec une bourse de la CAPES (Coordination de Perfectionnement du Personnel de Niveau Supérieur).

Il est actuellement Professeur associé à l’Université Fédérale Fluminense où il a été coordinateur du programme d’études supérieures (Master et Doctorat) en Études de la Littérature. Il a travaillé dans le domaine des lettres, plus particulièrement en Littérature portugaise et Littératures africaines de langue portugaise. Ses thèmes de prédilection sont : postcolonialisme, frontières et déplacements culturels, identité culturelle, mémoire. Ses recherches mettent en évidence l’étude du récit contemporain de langue portugaise.

Il développe des recherches financées par le CNPq (Conseil National de Développement Scientifique et Technologique) et par la FAPERJ (Fondation de Soutien à la Recherche de l’État de Rio de Janeiro).

Il a été président de l’ABRAPLIP – Association Nationale des Professeurs de Littérature Portugaise (2003-2005) et de l’ANPOLL – Association Nationale d’Études Supérieures et de Recherches en Lettres et Linguistiques (2010-2012). Il est consultant ad-hoc de de CAPES, CNPq e FAPERJ.

Parmi ses publications, on retiendra:

  • 2001: A palavra silenciada: estudos de Literatura Portuguesa e Africana, (org. com Ida Alves). Niterói: Vício de Leitura;
  • 2002: Literaturas de Abril e outros estudos, (org.). Niterói: EdUFF;
  • 2005: Anais do XX Encontro de Professores Brasileros de Literatura portuguesa – No Limite dos Sentidos, (org. com Ida Maria Santos Ferreira e Mônica Do Nascimento Figueiredo). Rio de Janeiro: Léo Christiano Editorial;
  • 2007: Representações Contemporâneas da Subjetividade – V Seminário de Literaturas de Língua Portuguesa: Portugal e África, (org. com Ida Maria Santos Ferreira). Rio de Janeiro: Léo Christiano Editora;
  • 2009: Sobre mulheres e estrangeiros: alguns romances de Olga Gonçalves. Niterói: EdUFF;
  • 2010: África, escritas literárias: Angola, Cabo Verde, Guiné-Bissau, Moçambique, São Tomé e Príncipe, (org. com Carmem Lúcia Tindó Secco e Maria Teresa Salgado). Rio de Janeiro; Luanda: Editora UFRJ; União de Escritores Angolanos;
  • 2011: Literaturas Insulares; leituras e escritas de Cabo verde e São Tomé e Príncipe, (org. com Margarida Calafate Ribeiro). Porto: Edições Afrontamento;
  • 2011: Anais do VII Seminário de Literaturas de Língua Portuguesa: Portugal e África / III Seminário Literatura, Guerra e Paz, (org, com Ida Maria Santos Alves, Laura Cavalcante Padilha e Renata Flavia da Silva). Rio de Janeiro: Leo Christiano Editorial;
  • 2013: “Entre guerras e narrativas: percursos de escrita de Paulina Chiziane e Lília Monplé”, in Miranda, Maria Geralda de; Secco, Carmen Lucia Tindó (org.), Paulina Chiziane: vozes e rostos femininos em Moçambique, pp. 217-228. Curitiba: Appris;
  • 2014: “As fotografias de um caderno: passeio pelas memórias coloniais de Isabela Figueiredo”. Metamorfoses, revista da Cátedra Jorge de Sena da Faculdade de Letras de UFRJ.

Walter Rossa est licencié en Architecture de la Faculté d’Architecture, Université Technique de Lisbonne (1985), il est titulaire d’un Master en Histoire de l’Art de la Faculté de Sciences Sociales et Humaines de l’Université Nouvelle de Lisbonne (1991), d’un doctorat (2001) et d’une Agrégation (2013) en Architecture de l’Université de Coimbra.

Professeur au Département d’Architecture de la Faculté des Sciences et Technologie de l’Université de Coimbra (1989), il a créé et coordonné un programme d’Études supérieures et a donné des cours dans les domaines suivants : Projet, Urbanisme et Histoire. Il a été professeur invité à l’Université Fédérale de Bahia, à l’Université Fédérale Fluminense, à l’Université Pablo de Olavide, à l’Institut Universitaire d’Arts, Technologie et Culture de Mindelo, à l’Université de Porto et à l’Université de l’Algarve, en ce cas comme titulaire de la Chaire Odebrecht Capistrano de Abreu (sur concours public international).

Chercheur au CES depuis 2007, il est avec Margarida Calafate Ribeiro coordinateur du programme de Doctorat Patrimoines d’influence portugaise, de l’Institut de Recherche Interdisciplinaire. Il est encore directeur du site interactif HPIP Heritage of Portuguese Influence / Patrimónios de Influência Portuguesa/ Patrimoines d’Influence Portugaise.

On repérera parmi les travaux publiés en portugais, anglais, espagnol et italien sur la théorie et l’histoire de l’urbanisme, l’aménagement du territoire, l’histoire de l’architecture et le patrimoine culturel, deux lignes principales entretenant une réciprocité certaine : l’une consacrée à l’urbanisme d’influence portugaise, l’autre relative à la planification urbaine dans des contextes à forte valeur patrimoniale, développées dans un premier temps par le biais d’expériences de planification et de projets et évoluant ensuite vers une plus grande conceptualisation.

Tout au long de son parcours professionnel, il a gagné une réputation certaine en tant que pédagogue, car outre l’enseignement dans des contextes divers, il a dirigé pas moins de 70 épreuves universitaires, dont 10 doctorats ; il est également membre de conseils et commissions scientifiques d’organismes, publications et événements liés à l’Histoire de l’Architecture et de l’Urbanisme ainsi qu’à la sauvegarde du Patrimoine, à la planification et à l’aménagement du territoire.

Il reçoit régulièrement des invitations en tant que consultant dans le domaine du patrimoine. Il participe également à des comités scientifiques d’événements et de publications et a donné des conférences qui, outre celles déjà publiées, se comptent en une centaine (Brésil, Cap-Vert, Espagne, France, Inde, Hollande, Italie, Macao, Mozambique, Singapour, Uruguay et États-Unis).

Parmi ses publications, on retiendra:

En tant qu’auteur:

  • 1995: “A cidade portuguesa”, História da Arte Portuguesa. Lisboa: Círculo de Leitores.
  • 1997: Cidades Indo-Portuguesas: contribuição para o estudo do urbanismo português no Hisdustão Ocidental / Indo-Portuguese Cities: a contribution to the study of Portuguese urbanism in the Western Hindustan. Lisboa: Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses.
  • 1998 [1991]: Além da Baixa: indícios de planeamento urbano na Lisboa Setecentista. Lisboa: instituto Português do Património Arquitetónico. Também em Inglês;
  • 2002: A urbe e o traço: uma década de estudos sobre o urbanismo português (1989-2001). Coimbra: Almedina.
  • 2015 [2002-2013]: Fomos condenados à cidade: uma década de estudos sobre património urbanístico (2002-2013). Coimbra: Imprensa da Universidade de Coimbra.

En tant que co-auteur:

  • 2001: Actas do Colóquio internacional Universo urbanístico Português 1415-1822. Lisboa: Comissão Nacional para as Comemorações dos Descobrimentos Portugueses. Com Renata Araujo e Hélder Carita.
  • 2007: Reabilitação Urbana: Mindelo. ECDJ. Coimbra: Departamento de Arquitetura da Faculdade de Ciências e Tecnologia da Universidade de Coimbra. nº 10. Com Adelino Gonçalves.
  • 2007: O Terramoto de 1755: impactos históricos. Lisboa: Livros Horizonte. Com Ana Cristina Araújo, José Vicente Serrão e Nuno Gonçalo Monteiro.
  • 2008: Lisboa 1758: o plano da Baixa Hoje, catálogo. Lisboa: Câmara Municipal de Lisboa. Com Ana Tostões.
  • 2010: Património de Origem Portuguesa no Mundo: arquitetura e urbanismo: Ásia. Fundação Calouste Gulbenkian, Lisboa. Com José Mattoso. Também em inglês.